La sophrologie

la sophrologie

La sophrologie, qu’est-ce que c’est ?

La sophologie est une méthode psycho-corporelle structurée visant la connaissance et le développement optimum de soi, et c’est aussi une pédagogie qui vise l’autonomie de la personne.
C’est un outil thérapeutique et un art de vivre au service de tous.
Elle a été créée par le Docteur A. CAYCEDO (médecin neuro-psychiatre colombien) à la fin des années 60.
C’est une méthode occidentale qui s’appuie sur les fondamentaux de notre médecine et qui est aussi fondée sur des bases orientales que sont la méditation bouddhiste, le yoga, le zen japonnais (pays dans lesquels A. CAYCEDO a voyagé et a appris ces diverses approches).
Elle utilise par ailleurs les principes philosiphiques de la phénoménologie selon E. HUSSERL (notre regard sur les choses est unique, évolutif, et il colore toute notre existence). Ainsi que les apports de SCHULTZ, JACOBSON.
Elle vise l’harmonie entre corps, esprit et valeurs fondamentales de chaque être humain.
Etymologiquement, SOPHROLOGIE vient de:

« SOS » (harmonie, équilibre)
« PHREN » (conscience)
«  LOGOS » (science).

Elle vise l’harmonisation et donc l’équilibre de notre conscience (corps, esprit, valeurs) dans toutes les dimensions de l’humain: physiques, mentales, émotionnelles, à travers les « dévoilements » qu’elle permet.

Elle vise de façon positive à mobiliser, rééquilibrer et renforcer tous les éléments de notre conscience, en partant toujours de notre base vitale, notre corps.
Elle vise divers aspects de notre vie: développer nos capacités, se préparer à un événement ou objectif, gestion des émotions, de la douleur, confiance en soi, stress et anxiété, burn-out, sommeil…

La sophrologie, ça s’adresse à qui ? 

La sophrologie s’adapte à tous les âges de la vie de l’être humain, quelles que soient les caractéristiques des personnes (elle est cependant à éviter ou à utiliser avec précaution dans certaines maladies limitatives).

Elle vise tous les besoins ou difficultés qu’un humain peut rencontrer tout au long de sa vie, puisqu’elle a une approche globale de l’Homme.

Ça se passe comment ?

On est …. Assis? Debout? Couché? 
Une séance de sophrologie se pratique généralement assis et/ou debout (couché si l’état de santé de la personne le nécessite) et sans contact physique avec le sophrologue (à la différence du massage).
On pratique assis dans diverses positions assises possibles, et debout si cela est possible en fonction des capacités des personnes (sinon il est toujours possible d’adapter la séance à tout inconfort ou contre-indication à la station debout).

On y fait quoi?
Une séance comporte des exercices de respiration, de la relaxation et des « activations sophroniques » diverses en fonction des besoins de la personne, et en niveau de conscience abaissé (un peu comme lorsque nous nous approchons du sommeil et que nous avons l’impression d’être dans un «entre-deux», entre éveil et sommeil), mais tout en restant toujours vigile à soi-même et en capacité d’agir en profondeur sur notre conscience.

Des mouvements corporels sont utilisés (mais nul besoin d’être sportif, toute séance est adaptée aux capacités de la personne).
La sophrologie va donc bien au delà de la relaxation, qui est son préalable. Elle se distingue de la méditation par son action «active» sur la conscience; et aussi par les diverses temporalités dans lesquelles la sophrologie peut agir ( présent, futur, passé). Et elle se distingue  aussi du yoga (les mouvements corporels réalisés en sophrologie ne prennent pas l’aspect d’une activité physique: les mouvements tirés du yoga sont un support pour un travail spécifique sur la conscience).
La sophrologie n’est pas une thérapie (même si elle peut avoir des effets thérapeutiques), le sophrologue n’est pas un thérapeute: le sophrologue n’établit pas d’analyse psychologique ni de bilan ou diagnostic. Il travaille si besoin en collaboration avec les professionnels du soin (médecins divers, psychologues, psychiatres…).
Elle vient parfaitement en complément de toute autre pratique ou thérapie.
Une séance peut contenir une structure différente selon qu’il s’agit d’une séance individuelle ou d’un atelier en groupe.

Individuel? Ou groupe?
Une séance individuelle permettre de « cibler » un besoin ou une problématique bien précis, voire de permettre un suivi en tête à tête si la personne ne souhaite pas exposer son intériorité à un groupe. Alors qu’un atelier est un excellent moyen de découvrir ou approfondir la sophrologie au sein d’un groupe soudé et respectueux, dans la bonne humeur, de façon ludique et en expérimentant à plusieurs, en partageant les vécus et points de vus de chacun des membres du groupe. L’atelier peut être mené sous forme évolutive ou sous forme thématique, selon les cas.
Déroulement d’une séance individuelle:
Généralement, en individuel, tout suivi commence par un échange dont l’objectif est de déterminer les besoins de la personne: une écoute fine et avertie du sophrologue permettra de comprendre le contexte et l’anamnèse du client, ce qui permettre de s’entendre sur un ou des objectifs d’accompagnement et sur une proposition de suivi par le sophrologue.
Ensuite, des exercices divers peuvent être proposés (mouvements, respiration….).
Puis la sophronisation est le « coeur de séance», elle se pratique progressivement en niveau de conscience abaissé, yeux fermés, si cela est possible pour le client (sinon, des adaptations sont bien entendu possibles, dans le respect des possibilités de chacun, et toujours dans la bienveillance) afin d’être profondément connecté à soi-même. Il n’y a qu’à se laisser guider par la voix du sophrologue et vivre sa séance en toute liberté avec soi-même.
La sophronisation se base sur diverses techniques: travail sur les capacités, visualisations futures et passées, sensations et perceptions, travail sur l’énergie, sur les émotions, les sens…
Après la sophronisation, un temps de prise de note permet d’ancrer l’expérience vécue dans le « coeur de séance » puis l’échange avec le sophrologue permet de faire le point sur la façon dont la séance a été vécue, elle permet de « mettre à jour » des éléments de soi et aussi elle permet au sophrologue d’ajuster les séances suivantes selon les perceptions du client. Cet échange est toujours possible mais jamais imposé bien sûr.
En dehors des séances, plus la personne pratiquera, plus elle bénéficiera des actions de la sophrologie, plus elle sentira son être évoluer et peut-être changer…. en mieux !
Elle n’a pas de « pouvoirs magiques », elle est très active au long cours, en douceur et en profondeur.

Les séances individuelles doivent être suffisamment rapprochées dans le temps (tous les 15 jours ou tous les mois maximum). En moyenne, il faut compter un peu moins de 10 séances pour aborder et traiter de façon sérieuse une problématique individuelle (même si bien sûr toute situation est unique). Cela nécessite de fait un vrai engagement de la personne dans la durée et la régularité.