La sophrologie

la sophrologie

La sophrologie, qu’est-ce que c’est ?

“L’objectif des techniques sophrologiques est de renforcer chez l’être humain la capacité de vivre son existence en harmonie avec lui-même et avec l’univers” Alfonso CAYCEDO (père de la sophrologie)

La sophologie est une pratique de médecine non conventionnelle qui a une approche intégrative et holistique. Elle est laïque et complémentaire aux disciplines médicales, paramédicales, psychologiques et autres.

C’est une méthode psycho-corporelle adaptable à toute personne quelle que soit sa spécificité/ ses capacités, son âge… et son contexte de vie ainsi que ses besoins (stress, sommeil, douleurs, émotions, mieux se connaître, apprendre à se relaxer …).

C’est une méthode structurée visant la conscience et donc la connaissance et le développement optimum de soi, et c’est aussi une pédagogie qui passe par l’implication active et l’autonomie de chacun en faveur de son mieux-être en devenir.
C’est une discipline qui peut avoir un effet thérapeutique, même si ce n’est pas son objectif initial et c’est aussi un art de vivre au service de tous, qui permet de trouver comment s’ajuster au mieux pour soi et dans sa vie, selon les circonstances et ce que nous sommes, au cas par cas.

La sophrologie a une action reconnue et réputée depuis longtemps, aussi bien dans la prévention que dans le traitement de diverses problématiques. Hôpitaux, structures scolaires, structures pour séniors… font appel depuis longtemps aux services de sophrologues.

La profession de sophrologue n’est pas une profession réglementée, d’où l’importance de bien choisir son sophrologue.

La formation initiale, l’implication dans la formation continue et les pratiques de supervision, ainsi que les compétences relationnelles et d’accompagnement sauront indiquer la qualité de votre sophrologue à votre égard.

Il existe des recherches en matière de sophrologie, qui sont notamment menées par le Groupe d’Epistémologie de la Sophrologie:

> http://sophrologie-recherche.com/

Sa création: 

La sophrologie a été créée par le Docteur A. CAYCEDO (médecin neuro-psychiatre colombien) à la fin des années 60.
C’est une méthode occidentale qui s’appuie sur les fondamentaux de notre médecine et qui est aussi fondée sur des bases orientales que sont la méditation bouddhiste, le yoga, le zen japonnais (pays dans lesquels A. CAYCEDO a voyagé et a appris ces diverses approches).

Voilà ce que disait Alfonso CAYCEDO (père de la ssophrologie) : “Soigne ton cerveau et ton cerveau prendra soin de ton existence. Prends soin de ton coeur et ton coeur prendra soin de ta vie”.
Elle utilise par ailleurs les principes philosophiques de la phénoménologie selon E. HUSSERL (notre regard sur les choses est unique, évolutif, et il colore toute notre existence). Ainsi que les apports psychologiques de SCHULTZ, JACOBSON, FREUD et d’autres.
Etymologiquement, SOPHROLOGIE vient du grec ancien:

« SOS » (harmonie, équilibre)
« PHREN » (conscience)
«  LOGOS » (science).

Elle vise l’harmonisation et donc l’équilibre de notre conscience (corps, esprit, valeurs) dans toutes les dimensions de l’humain: physiques, mentales, émotionnelles, à travers les « dévoilements » qu’elle permet.

Et oui : “la sophrologie n’est pas une boîte à outils”, comme le dit Norbert CASSINI, sophrologue, directeur de l’école française de sophrologie de Montpellier.

> écouter sa conférence (rires au RDV 😅)

Ainsi, Alfonso CAYCEDO disait: “La 1ère grande valeur de l’Homme, c’est l’Homme lui-même”.

Elle vise de façon positive à rééquilibrer et renforcer tous les éléments de notre conscience et notamment nos capacités diverses (concentration, confiance…), en partant toujours de notre base vitale, notre corps (en développant notre schéma corporel par exemple). “Toute action positive, dirigée vers la conscience, se répercute positivement sur la totalité de l’être humain” disait le Professeur CAYCEDO. La sophrologie vise à nous rendre plus équilibrés, en phase avec nous-même, avec notre environnement, à être plus heureux et conscients. C’est ainsi que A. CAYCEDO disait: ” la sophrologie est la pédagogie du bonheur”.
Elle vise divers aspects de notre vie: développer nos capacités, se préparer à un événement ou objectif, gérer nos émotions, notre douleur, développer notre confiance en soi, gérer notre stress et notre anxiété, agir sur un burn-out, favoriser notre sommeil et notre énergie…

La sophrologie, ça s’adresse à qui ? 

La sophrologie s’adapte à tous les âges de la vie de l’être humain, quelles que soient les caractéristiques des personnes (elle est cependant à éviter ou à utiliser avec précaution dans certaines maladies limitatives).

Elle vise tous les besoins ou difficultés qu’un humain peut rencontrer tout au long de sa vie, puisqu’elle a une approche globale de l’Homme.

Ça se passe comment ?

On est …. Assis? Debout? Couché? 
Une séance de sophrologie se pratique généralement assis et/ou debout (couché si l’état de santé de la personne le nécessite) et sans contact physique avec le sophrologue (à la différence du massage).
On pratique assis dans diverses positions assises possibles, et debout si cela est possible en fonction des capacités des personnes (sinon il est toujours possible d’adapter la séance à tout inconfort ou contre-indication à la station debout).

On y fait quoi?
Une séance comporte des exercices de respiration, de la relaxation et des « activations sophroniques » diverses en fonction des besoins de la personne, et en niveau de conscience abaissé (un peu comme lorsque nous nous approchons du sommeil et que nous avons l’impression d’être dans un «entre-deux», entre éveil et sommeil), mais tout en restant toujours vigile à soi-même et en capacité d’agir en profondeur sur notre conscience à des degrés divers.

Des mouvements corporels sont utilisés (mais nul besoin d’être sportif, toute séance est adaptée aux capacités de la personne).
La sophrologie va donc bien au delà de la relaxation, qui est son préalable. Elle se distingue de la méditation par son action «active» sur la conscience; et aussi par les diverses temporalités dans lesquelles la sophrologie peut agir ( présent, futur, passé). Et elle se distingue  aussi du yoga (les mouvements corporels réalisés en sophrologie ne prennent pas l’aspect d’une activité physique: les mouvements tirés du yoga sont un support pour un travail spécifique sur la conscience).
La sophrologie n’est pas une thérapie (même si elle peut avoir des effets thérapeutiques), le sophrologue n’est pas un thérapeute: le sophrologue n’établit pas d’analyse psychologique ni de bilan ou diagnostic. Il travaille si besoin en collaboration avec les professionnels du soin (médecins divers, psychologues, psychiatres…).
Elle vient parfaitement en complément de toute autre pratique ou thérapie.
Une séance peut contenir une structure différente selon qu’il s’agit d’une séance individuelle ou d’un atelier en groupe.

En individuel ou en groupe?
Une séance individuelle va permettre de « cibler » un besoin ou une problématique bien précis, voire de permettre un suivi en tête à tête si la personne ne souhaite pas exposer son intériorité voire son intimité à un groupe.

Alors qu’un atelier ou séance collective est un excellent moyen de découvrir ou approfondir la sophrologie à un rythme plus lent, en bénéficiant d’un contenu de séance collectif dans lequel chacun pourra “puiser” ce qui est bon pour lui, et au sein d’un groupe soudé et respectueux, dans la bonne humeur, de façon ludique et en expérimentant à plusieurs, en partageant les expériences et points de vue de chacun des membres du groupe. L’atelier peut être mené sous forme évolutive ou sous forme thématique, selon les cas.
Déroulement d’une séance individuelle:
Généralement, en individuel, tout suivi commence par un échange dont l’objectif est de déterminer les besoins de la personne: une écoute fine et avertie du sophrologue permettra de comprendre le contexte et l’anamnèse du client, ce qui permettre de s’entendre sur un ou des objectifs d’accompagnement et sur une proposition de suivi par le sophrologue.
Ensuite, des supports divers peuvent être proposés (relaxation plus ou moins active, mouvements, respiration, activations de divers types…).
La “sophronisation” (le jargon du sophrologue) est le « coeur de séance», elle se pratique par étapes et en niveau de conscience abaissé, yeux fermés, si cela est possible pour le client (sinon, des adaptations sont bien entendu possibles, dans le respect des possibilités de chacun, et toujours dans la bienveillance) afin d’être profondément connecté à soi-même. Il n’y a qu’à se laisser guider par la voix du sophrologue et vivre sa séance en toute liberté avec soi-même.
La sophronisation se base sur diverses techniques: travail sur les capacités, visualisations futures et passées, sensations et perceptions, travail sur l’énergie, sur les émotions, les sens…
Après la sophronisation, un temps de prise de note permet d’ancrer l’expérience vécue puis l’échange avec le sophrologue permet de faire le point sur la façon dont la séance a été vécue, elle permet de « mettre à jour » des éléments de soi et aussi elle permet au sophrologue d’ajuster les séances suivantes selon les perceptions du client. Cet échange est toujours possible mais jamais imposé bien sûr.
En dehors des séances, plus la personne pratiquera, plus elle bénéficiera des actions de ses séances, plus elle sentira son être évoluer et peut-être changer…. en mieux !
Elle n’a pas de « pouvoirs magiques », mais elle est très active au long cours, en douceur et en profondeur.

Les séances individuelles doivent être suffisamment rapprochées dans le temps (tous les 15 jours ou tous les mois maximum). En moyenne, il faut compter un peu moins de 10 séances pour aborder et traiter de façon sérieuse une problématique individuelle (même si bien sûr toute situation est unique). Cela nécessite de fait un vrai engagement de la personne dans la durée et la régularité.

Et pourquoi allier sophrologie et méditation de pleine conscience?                                                                     

Sophrologie et méditation: des origines communes, des similitudes & quelques différences, des intentions qui s’associent à merveille pour optimiser le parcours de chacun.

La sophrologie tire une de ses origines dans la méditation bouddhiste, celle-là même qui a donné naissance à la méditation de pleine conscience ou “mindfulness”.

« La méditation de Pleine conscience entraîne notre capacité d’attention et de discernement à ce qui est présent dans l’instant (nos pensées, nos émotions, nos sensations physiques, mais également l’environnement et les relations) en y intégrant une dimension d’éthique et de bienveillance » selon la définition du site de l’association ADM.

Allier sophrologie et mindfulness, c’est s’engager sur la voie de pratiques laïques, avec une action globale et transversale sur les facettes de chaque humain que nous sommes, c’est se donner la possibilité de cerner l’immensité de l’instant présent en prenant appui sur tout ce que notre être nous met à disposition et notamment notre corps, mais aussi d’actionner et activer des capacités, des possibilités pour le futur, en prenant appui sur le passé. C’est être dans l’accueil et aussi dans l’action. C’est avoir une palette plus complète pour voyager en soi et avec soi afin de se révéler de diverses façons différentes, chacun ayant plus de facilités avec une voie, l’autre, ou en mêlant les deux.

👉 Pour en savoir +

🤣 Pour rire un peu